Les statues de l’Île de Pâques

Etonnantes par leur taille et par leur étrange expressivité, ces statues de pierre semblent être arrivées de nulle part. Comment un peuple primitif aurait-il pu les fabriquer ? Quelle est la signification des statues de l’Île de Pâques ? Comment ont-elles pu être déplacées ?

Les Moaïs ou les géants de l’Île de Pâques

A 4000 km de toute côte, coupés du monde pendant des siècles, les habitants de l’Île de Pâques ont accompli un exploit incroyable. Toutes les statues sont taillées dans de la pierre volcanique. L’endroit est encore visible aujourd’hui : il porte le nom Rano Raraku, et il abrite la carrière où ces statues ont été fabriquées. Armés de simples outils en pierre, le travail de sculpteurs devait sûrement prendre des années !

Il reste encore environ 400 statues dans cet endroit étrange, des statues à tous les stades de fabrication. On peut aussi y voir d’énormes trous en haut des falaises, en forme de statues, la trace visible des travaux.

Bizarrement, certaines des statues de Rano Raraku sont achevées et semblent attendre qu’on les achemine vers l’endroit où les autres sont alignées, plusieurs kilomètres plus loin. Pourquoi sont-elles restées là et qu’est-ce qui les a empêchées de rejoindre leurs « sœurs » ? Nous ne le saurons peut-être jamais.

Comment les statues ont-elles pu être transportées ?

Les Moaïs mesurent entre 3 et 10 m et pèsent jusqu’à 80 tonnes. Leurs étranges regards tournés vers le haut semblent fixer des points précis dans le ciel. De vraies merveilles gigantesques.

Mais leur fabrication n’est que le premier mystère inexpliqué. Car de toute évidence, les géants de pierre ont été transportés sur des dizaines de kilomètres, pour arriver sur les côtes où nous pouvons les voir aujourd’hui.

Un travail colossal est nécessaire pour descendre les statues de la carrière et les faire traverser l’île, sans disposer de route, ni d’outils. Avec les outils rudimentaires de l’époque, et sans aucun arbre sur l’île qui serve de levier, c’est un exploit impossible. Difficile aussi d’imaginer que les statues ont été transportées par bateau, car les falaises représentaient des obstacles infranchissables.

Quoi qu’il en soit, nous ne pouvons pas nier l’évidence : les statues sont bel et bien là, et elles ont parcouru chacune des distances de plus de 16 kilomètres. Vu que certaines atteignent un poids de 80 tonnes, leur déplacement reste difficile à envisager.

La légende des statues de l’Île de Pâques

Une vieille légende insulaire dit que les statues de l’Île de Pâques auraient marché toutes seules, en position verticale. Les vrais connaisseurs de l’île voient un indice très clair dans l’autre nom que portent ces statues : « arina ora oté tupuna » ou « le visage vivant de nos ancêtres ». Les statues représenteraient donc une force encore vivante, léguée par les ancêtres ?

Depuis des générations, les légendes disent que les statues ont bougé grâce à une force paranormale : le mana. Le mana est un terme qui pourrait être traduit par « pouvoir » en polynésien. Il peut être compris comme un pouvoir spirituel, irrationnel et exceptionnel. C’est grâce à lui que les sculpteurs auraient donc pu faire bouger les Moaïs.

Personne ne sait avec certitude comment cela aurait pu se passer. Mais l’une des hypothèses est que le mana était une force de concentration si puissante qu’elle aurait pu faire déplacer des masses de plusieurs tonnes. Certains initiés auraient possédé ce type de dons et c’est en réunissant leur énergie qu’ils auraient réussi à déplacer les statues de pierre.

Aujourd’hui encore, certains habitants de l’île tentent de retrouver ce pouvoir perdu de leurs ancêtres. Ils se réunissent dans des grottes pour des rituels, ou bien ils ont recours à de longues séances de méditation. Ils sont persuadés qu’ils possèdent encore une part de ce pouvoir extraordinaire qui permet de déplacer des objets à distance, par la seule force de la pensée.

Rédacteur : Alice Mathieu

Voyante et medium depuis maintenant de nombreuses années, j'interviens aussi bien dans le domaine du cœur et du couple, que dans le domaine professionnel. Je parcours régulièrement le web, je suis passionnée d'écriture depuis toujours et rédactrice sur ce blog depuis quelques années.

Partager cet article sur

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *